Histoire Dollar

Andy Warhol, U.S. Dollar Sign, 1982, sérigraphie sur toile, New-York, Galerie Leo Castelli.

Andy Warhol, U.S. Dollar Sign, 1982, sérigraphie sur toile, New-York, Galerie Leo Castelli.

« Acheter est bien plus américain que penser, et je suis aussi américain que les autres ». Cette phrase d’Andy Warhol représente à elle seule toute la philosophie de cet artiste qui fut l’un des instigateurs du Pop Art dans les années 60. Les artistes de ce mouvement voyaient dans la reproduction en série d’objets ou de symboles du quotidien, le moyen objectif de représenter la société de consommation qui se développait à grande vitesse.

Andy Warhol, 80 two dollar bills (front and rear), 1962, sérigraphie sur toile, musée Ludwig, Cologne

Andy Warhol, 80 two dollar bills (front and rear), 1962, sérigraphie sur toile, musée Ludwig, Cologne

Andy Warhol aimait l’argent et ne s’en cachait pas. Il l’aimait non seulement pour son pouvoir d’achat (il a grandi dans une famille pauvre), mais également parce qu’il voyait en l’argent, et le dollar en particulier, une image reconnaissable par tout le monde. C’est pourquoi il a utilisé, dès les années 60, la représentation de billets dans ses œuvres, comme dans 80 two dollar bills (front and rear) datant de 1962. Mais lorsque dans les années 80, il réutilise le pouvoir évocateur du dollar dans des œuvres comme Dollar sign, il ne voit même plus l’utilité de représenter le billet tout entier, tant le symbole « $ » suffit à lui seul à évoquer le marché et la consommation de masse qui poursuit sa route à une vitesse vertigineuse. Warhol n’est cependant pas hostile à cette société-là, puisque pour lui « être bon en affaires, c’est la forme d’art la plus fascinante ».

Dans cette œuvre, les couleurs vives et les différentes façons de représenter le symbole du dollar lui confère, en plus de sa valeur symbolique, une vraie valeur artistique. En faisant cela, l’artiste n’essaie-il pas de nous montrer que l’argent est devenu de l’art et que surtout, l’Art est en train de littéralement devenir de l’argent ? On peut aisément le penser, puisque lorsqu’il sortit sa série des Dollar Signs dans les années 80, le monde de l’art était en train de se transformer en un business à part entière.

Cette constatation est malheureusement encore très actuelle, lorsque l’on voit les chiffres record que peuvent atteindre les ventes d’œuvres d’Art dans les grandes salles de ventes, ainsi que les sommes astronomiques que certains Etats sont prêts à investir pour avoir leur grand musée.

Bibliographie :

K. HONNEF, Andy Warhol (1928-1987), de l’Art comme commerce, Taschen, Cologne, 2001.
K. HONNEF, Pop Art, Taschen, Cologne, 2006.
Notice de Dollar signs sur le site web de la Tate Gallery.
Notice de Dollar signs sur le site web de la Galerie Gagosian.
M. DRAGUET, Chronologie de l’Art du XXe Siècle, Flamarion, Paris, 2003.
D. COMERLATI, MoMA Highlights, The Museum of Modern Art, New-York 2004.
S. SPROCATTI (Dir.), Guide de l’Art – peinture, sculpture, architecture du XIVe siècle à nos jours, Editions Solar, Paris, 1992.
S. FARTHING, Les 1001 tableaux qu’il faut avoir vus dans sa vie, Flammarion, Paris, 2007.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *